Le jardin d’Arcachon

La commande qui m’a été faite ici était assez simple puisque, suite à de gros travaux de réhabilitation de la maison et des dépendances ainsi que la construction d’une piscine, la propriété était complétement nue de tous végétaux. Il fallait donc concevoir, du début, un nouveau jardin.

Le travail a été réalisé en deux tranches distinctes dans le temps.

Nous nous sommes occupés, dans un premier temps, de la partie arrière de la maison. Cette zone est vouée au repos et au plaisir. La piscine et les terrasses attenantes occupent une grande partie de l’espace aussi bien physiquement que visuellement. La piscine a été construite perpendiculairement à la terrasse principale et sépare le terrain en deux. L’objectif était d’atténuer cet effet en essayant d’intégrer la piscine dans le jardin.

plantation des massifs

Deux massifs encadrent la piscine en diagonale et longent les terrasses par des courbes qui atténuent les angles droits et redonnent à l’ensemble un aspect plus organique. Le choix des plantes s’est orienté vers des feuillages qui reprennent la couleur du liner afin de créer une harmonie et de diminuer l’impact de la piscine sur le jardin. Le massif opposé à la terrasse principale fini en pointe et accueille un eucalyptus et des palmiers qui ont pour rôle de masquer le vis-à-vis. Le sol y est planté de fétuques bleues de plus en plus serrées à mesure qu’on avance vers la pointe, créant une transition d’une pelouse bleue vers une pelouse classique. Le deuxième massif, adossé à la terrasse principale, est composé de plantes condimentaires qui servent à la cuisine attenante et au barbecue. Il se poursuit par des arbustes qui ont pour but de masquer la vue directe de la rue sur la dépendance. Le reste de l’espace est ouvert sur une pelouse qui communique avec l’avant de la maison.

La partie avant du jardin, visible de la rue, a été réalisée dans un second temps. J’ai dédié cet espace à la fleur, choix justifié par sa situation, zone d’entrée visible de la rue, et  par contraste avec l’arrière où l’accent a été mis sur le feuillage. Une allée était indispensable et devait être assez large pour contenir deux véhicules côte à côte et assez longue pour pouvoir accueillir un bateau. Il était nécessaire aussi d’intégrer un espace où dissimuler les conteneurs de poubelles, accessible depuis la maison mais sans pour autant en être trop proche. Les limites de l’allée ont été tracées pour qu’elle desserve l’entrée de la maison et l’accès au fond du jardin. Elle sépare la partie plantée en deux zones qui ont été pensées sur le même principe. Le choix d’un pavé gris, reprenant la couleur des carreaux de la terrasse, a été retenu.

Croisée des allées

L’organisation de l’espace a été amorcée par la forme de la terrasse entourant la maison qui dessine un angle ouvert au niveau de l’entrée. Ce point de départ nous a permis de tracer une première perspective dont le point focal se situe chez le voisin. L’idée est alors venue, de créer des fausses perspectives dans toutes les directions aussi bien de la maison vers la rue que de la rue vers la maison. Les allées engazonnées qui créées ces perspectives délimitent des massifs plantés, chacun par une seule espèce. Le jardin est alors composé de zones géométriques de hauteurs variables, constituant une mosaïque colorée. Trois des massifs ainsi formés restent libres et permettent la culture alternée du potager et de plantes annuelles. Le centre du jardin, constituant une pièce de cette mosaïque, est entouré d’une haie de myrtes qui masquent la vue à 360 ° dans laquelle deux passages ont été ménagés. Ce massif « creux », planté uniquement en périphérie, est engazonné en son centre et forme un espace de repos et de lecture isolé aussi bien de la rue que de la maison. Le local poubelle, construit de l’autre côté de l’allée pavée, est élaboré sur le même principe. Il est encadré de deux allées engazonnées. Des plantes grimpantes courent sur un grillage tendu entre des poteaux verticaux et permettent de masquer les conteneurs. Le chèvrefeuille a été retenu ici pour sa flexibilité aux conditions de culture, du fait qu’il garde une partie de ces feuilles l’hiver et pour le parfum de ces fleurs qui, à la saison la plus chaude, masquera en partie l’odeur des poubelles. Le vis-à-vis de la rue sur la maison est atténué par les massifs les plus hauts dont la hauteur sera limité à 1,60m. Cet aménagement évite la plantation d’une haie rectiligne.

Je voulais éviter que l’allée pavée ne coupe en deux parties distinctes le devant de la maison et qu’il y ai d’un côté le jardin et de l’autre l’allée. Je voulais plutôt créer un ensemble harmonieux où le jardin serait traversé d’une allée, si importante qu’elle soit. Pour cela j’ai envisagé de reprendre le tracé des allées engazonnées constituant la partie végétalisée et de les poursuivre sur l’allée pavée afin qu’elles la traversent de part et d’autre. Ces allées sont matérialisées par du bois qui ressort nettement de l’ensemble pavé.

pergola

L’entrée de la maison est exposée plein sud et la nécessité d’y ajouter une pergola c’est imposée. Elle ombrage aussi la baie vitrée d’une pièce qui est visible depuis la rue. Nous avons donc utilisé les poteaux de la pergola pour former un cadre face à cette baie vitrée et nous y avons tendu des câbles métalliques pour créer un grillage sur lequel les plantes grimpantes peuvent courir et couvrir ensuite le haut de la pergola.

 

Liste des plantes utilisées:

Festuca glauca

Helictotrichon sempervirens

Eucalyptus perriniana

Brahea armata

Butia capitata

Chamaerops humilis cerifera

Phormium tenax

Euphorbia myrsinites

Teucrium fruticans

Cynara scolymus ‘Gros Vert de Laon

Salvia x

Convolvulus cneorum

Dianthus caryophyllus

Stachys byzantina

Lavandula x intermedia ‘Grosso

Santolina chamaecyparissus

Helichrysum italicum ssp. serotinum

Myrtus communis

Salvia officinalis

Allium schoenoprasum

Luma apiculata

Acca sellowiana

Nepeta x faassenii

Ipomoea indica

Actinidia deliciosa ‘Solissimo

Bignonia capreolata

Macfadyena unguis-cati

Hedichium spicatum

Leycesteria formosa

Salvia ianthina

Caryopteris x clandonensis ‘Heavenly Blue’

Ceanothus x ‘Automnale Blue’

Ceanothus arboreus ‘Trevithen Blue’

Ceratostigma willmotianum

Nandina domestica

Pittosporum tenuifolium ‘Garnetti’

Pittosporum tenuifolium

Vitex agnus-castus

Ficus carica ‘Rouge de Bordeaux’

Kolkwitzia amabilis ‘Pink Cloud’

Cistus incanus ssp. creticus

Romneya coulteri

Fabiana imbricata ‘Violacea’

 


Warning: Use of undefined constant Paysagiste - assumed 'Paysagiste' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d448110380/htdocs/wp-content/themes/geoffroy/footer.php on line 5

Warning: Use of undefined constant Botanique - assumed 'Botanique' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d448110380/htdocs/wp-content/themes/geoffroy/footer.php on line 6

Warning: Use of undefined constant Environnement - assumed 'Environnement' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d448110380/htdocs/wp-content/themes/geoffroy/footer.php on line 7